Cordes sur Ciel....

Le triton et l’angélus du diable

Je trouvais que l’angélus de l’église Saint Michel de Cordes sur Ciel sonnait “bizarre”… Après avoir écouté plus attentivement les notes des deux cloches, je me rends compte qu’elles forment un triton !

Un triton dans le clocher

Le triton n’est pas seulement le gentil batracien de nos mares, c’est aussi le nom d’un intervalle musical.

Les notes des cloches de l’église Saint Michel sont Mi et Sib. L’intervalle qui les sépare est un triton.

Le triton, c’est quoi ?

Le triton est un intervalle de 3 tons entre deux notes de musique. Techniquement, en solfège, on l’appelle “accord de quarte augmentée”. C’est également l’intervalle entre la tonique et la “blue note” ou encore “note bluesie”, la “note bleue” qui donne sa couleur caractéristique au jazz et à tous les genres musicaux qui en découlent. Quand on joue simultanément les deux notes d’un triton, c’est un accord plutôt “dissonant” pour l’éducation de nos oreilles.

On l’appelle également l’accord du Diable.

Il se dit parfois, à tort, qu’il était interdit d’employer un triton au Moyen Âge. Il était en tout cas fortement recommandé de l’éviter dans la composition musicale…

On l’entend cependant un peu partout en musique car il se trouve naturellement, entre autres, dans les accords septième. Dans la gamme de Do majeur, formée naturellement par les seules touches blanches du piano, il y a un triton entre Fa et Si.

Il y a 6 tons dans une octave, c’est-à-dire d’un DO au DO au-dessus. Le triton est donc le milieu de l’octave.

L’angélus de Saint Michel de Cordes

En principe, l’angélus est composé de trois séries de trois tintements (un marteau tape sur la cloche) suivies d’une volée (une ou plusieurs cloche balancent).

À Cordes, les séries de tintements jouent sur LAb. Il n’y a pas de volée , mais une série de tintements alternés sur MI et SIb, ce qui donne notre fameux triton.

Triton sur piano - Notes des cloches de Saint Michel de Cordes
Triton sur piano – Notes des cloches de Saint Michel de Cordes

Ailleurs, c’est comment ?

Les ensembles de cloches forment la plupart du temps des accords de seconde, tierce mineure ou majeure, quarte, quinte. Soit respectivement des intervalles de 1 ton, 1 ton et demi, 2 tons, 2 tons et demi, 3 tons et demi. Ce sont des accords harmonieux pour l’éducation de nos oreilles.

Si d’autres accords sont possibles, disons des quintes augmentées, sixtes ou encore septièmes, la quarte augmentée, le triton, demeure rarissime dans les clochers.

Lien très intéressant : étude musicologique des sonneries de Hervé Gouriou

Chronologie du campanile

Dans l’excellent livre sur l’église Saint Michel de Cordes, on trouve quelques explications sur les deux cloches présentes. Mais j’ai dû moi-même aller voir de plus près pour connaître les dates de fonderie des cloches :

  • La plus ancienne, le bourdon, date de 1586. C’est un MI.
  • À la tierce majeure, on trouve LA b fondue en 1878.
  • Le SI b du triton est joué par la cloche du “Souvenir de la mission Noël 1936”.

La petite dernière, tout en haut de la tour de guet, a été offerte à la paroisse par les Fabriciens en 1832. Elle joue un DO un peu faux et n’est plus sonnée aujourd’hui.

Cloche de 1832 - Tour du clocher de Cordes

Des questions..?

Depuis quand l’angélus sonne-t’il ainsi ?
Pourquoi avoir choisi ces notes ?
Était-ce un choix assumé dans un esprit de modernité musicale ?
Quand, comment et pourquoi les cloches sont-elles arrivées dans le clocher de l’église St Michel de Cordes ?

Cloche de 1586 - Détail année + Blason de Corde
Cloche de 1586 – Détail année + Blason de Corde

Les réponses

Elles vont venir…

Une Cordaise de mes amis a déjà fait un travail de recherches conséquent sur les cloches de Cordes.
Je suis monté au clocher avec le Président de la Société des Amis du Vieux Cordes, qui gère le Musée Charles Portal dont je suis le gardien. Nous avons fait le nécessaire pour recenser les inscriptions figurant sur les cloches. D’autres Cordais ont également fait des recherches sur le sujet. Nous allons donc croiser nos travaux.

Blason de Cordes sur la cloche de 1586 - Gros plan
Blason de Cordes sur le bourdon de 1586 – Gros plan

“L’angélus du Diable” pour cloches et saxophone

Tout ça m’a donné l’idée de composer une musique basée sur l’angélus de St Michel. Avec le triton, le titre est tout trouvé.

Harmoniquement, c’est intéressant de tourner autour de ce triton. Sans trop entrer dans les détails, on peut facilement jouer sur les modes majeurs en pensant aux substitutions tritoniques de DO 7 à FA# 7, des gammes par ton et gammes 1/2 ton-ton, la cloche LAb nous permet de passer SI mineur harmonique, et pourquoi pas les gammes de MI ou SIb..? Bref, on fait de la musique, et on peut faire ce qu’on veut…

Je me suis amusé à jouer uniquement autour des notes des accords DO7 et FA#7. Et j’ai inventé, sans savoir qu’elle existait déjà, la gamme tritonique. J’avais complètement oublié cette gamme pourtant apprise il y a bien longtemps, à une époque où la théorie musicale me faisait chauffer la tête.

Raph a enregistré séparément le son de chaque cloche ainsi que l’angélus en entier. La partie saxophone de “l’angélus du Diable” a été enregistrée début mars 2021. Le morceau est actuellement en mixage. Il est prévu qu’il sorte le 20 juin 2021 sur un CD de musiciens 100% cordais. 15 musiques de qualité et de diversité tant on trouve de bons musiciens à Cordes. Une très belle initiative du restaurant associatif cordais “Sur les pavés”.

L’angélus du Diable – Version mars 2021 non masterisée

«